Récit d’Australie #16 En route pour Espérance

L’Australie occidentale ou WA pour « Western Australia » est le plus grand Etat d’Australie, et seulement 10% des australiens y vivent. Pour te donner quelques chiffres, il y a 2 387 232 habitants dans toute l’Australie occidentale, dont 2 021 200 vivent dans la ville de Perth. La densité de population correspond à 1 Homme par kilomètre carré, c’est 100 fois moins qu’en France! Tout ça pour te dire que, sur la route entre Perth et Espérance, en passant à l’intérieur des terres, nous n’avons pas croisé beaucoup de monde! Pour revenir au début de l’histoire, nous n’avions aucun plan pour trouver un van le lundi matin. Nous avions bien essayé de louer un van via une plateforme de réservation française, mais nos demandes n’avaient pas abouties, et notre interlocuteur nous proposait à chaque fois des offres bien plus chères. Nous avions eu une première expérience avec Hippie Campers, et nous n’avions pas vraiment envie de la renouveler avec une grosse entreprise comme celle-ci. J’ai donc cherché sur internet, envoyé quelques mails, de bon matin, à des entreprises locales qui n’affichaient pas les prix sur leurs sites web, et une m’a répondu rapidement. Nous avons alors sauté dans le train, puis le métro et enfin le bus; nous avons marché quelques minutes, et nous avons trouvé les locaux de cette entreprise familiale. Nous sommes ressortis avec un van flambant neuf, qui n’affichait que 7000 kilomètres au compteur, pour un prix défiant tout concurrence, ravis!

C’est ainsi que nous avons commencé cette route, longue, très longue! Il s’agissait d’une petite route, limitée à 110 km/h, exposée aux rafales de vents puissantes, et sur laquelle nous avons croisé beaucoup de « road-train ». Ces trains routiers avec de gros pare buffles, sont en fait des camions tirants jusqu’à trois grosses remorques. Les croiser est impressionnant car les remorques zig-zag sur la route, déportées par le vent. Nous avons aussi croisé des convois exceptionnels, vraiment exceptionnels! Contrairement à ce que l’on pense, les animaux mortels ne représentent pas le plus gros dangers en Australie, mais la conduite oui! Nous avons rencontré des australiens qui traversaient le pays, qui ont été surpris par le nombre de kangourous morts au bord des routes dans cette région, et effectivement, on pouvait en voir tous les kilomètres. Les oiseaux et les insectes volants sont aussi victimes des conducteurs, mais les dégâts pour la voiture sont moindres. Pour limiter le danger, il est fortement conseillé de ne pas conduire la nuit, et nous avons suivi cette consigne à la lettre!

Nous nous sommes arrêtés dans un des rares villages traversé pour passer la nuit sur une zone de camping gratuite. Nous étions seuls! Heureusement, nous avions trouvé une supérette pour se ravitaillé avant la fermeture. Ici les commerces ferment tôt, y compris les restaurants, les stations essences, les réceptions des camping; et nous nous sommes fait surprendre plus d’une fois. Dans cette région, nous avons eu la joie de découvrir les « bush flies »! Ces mouches, qui ressemblent vraiment à celle que l’on rencontre en France, semblent nous apprécier fortement, et particulièrement notre visage! Elles rentrent parfois dans les narines ou les oreilles. Heureusement, elles ne piquent pas contrairement aux « march flies » que nous n’avons pas vues dans cette partie du pays. Ce soir là, nous avons été également attaqués par des moustiques (malgré le spray anti-insectes), et nous avons vraiment été heureux d’avoir des moustiquaires sur les fenêtres du van!

Le lendemain, nous avons traversé la ville de « Wagin » qui nous a fait rire de par son nom (oui, je sais c’est idiot!)… Nous avons vu des milliers de moutons, qui sont élevés pour leurs laines et nous avons supposé qu’il s’agissait de mérinos (en tout cas, ils leur ressemblaient). Pour le coup, on peut vous dire que les animaux d’élevage ont de l’espace, ici! Au cours de notre route, nous avons vu des paysages vierges magnifiques! Parfois, au milieu de rien, il y avait une maison avec une boite aux lettres, et nous nous sommes demandé: Qui vit ici? Et surtout, qui amène le courrier? Nous avons eu ensuite l’occasion de poser la question à des locaux, et ces personnes reçoivent bien leur courrier…toutes les 3 à 4 semaines! Il existe également un service d’urgence médicale par avion, pour les personnes vivants loin de tout, faut-il juste qu’ils n’envoient pas leur demande d’aide par courrier!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s