Jule, végane, répond à mes questions

J’ai récemment pris conscience de l’impact écologique de l’élevage intensif. Je souhaite agir, mais comment? Devenir vegan, est-ce l’unique solution? J’ai besoin d’en savoir plus!

petit déjeuner muesli fruits rouge vegan

J’ai cherché un bouquin en librairie, mais je regrette de n’avoir trouvé que des recettes de cuisine. Rien sur la nutrition vegan. En ouvrant les livres de recettes, je ne connais que quelques ingrédients, la majorité me sont totalement inconnus. D’où viennent-ils et comment sont produits ces aliments que je n’ai jamais mangé? J’ai décidé de me faire aider par une blogueuse qui s’est renseignée avant moi sur ce sujet, JULE.

Quels aliments as-tu bannis de ton alimentation?

Tout ce qui est d’origine animale : viande (incluant le poisson), fruits de mer (dont je ne raffolais pas de toute façon), produits laitiers (lait, fromage, yaourt, beurre, crème, etc.) et oeufs. J’essaie aussi d’éviter le miel.

 

Manges-tu de nouveaux aliments que tu ne connaissais pas avant?

Plusieurs! J’ai apprivoisé le tofu, le tempeh, les légumineuses, les lentilles, le tahini, les boissons et fromages végétaux. Je me suis aussi réconciliée avec certains fruits et légumes que je n’aimais pas avant de devenir végétalienne, comme les patates douces, les oignons (ils devaient être en minuscules morceaux avant!), les courgettes ou la courge musquée.

 

Être végane et locavore, est-ce possible?

Ça dépend vraiment d’où on vit, je crois. Au Québec, avec l’hiver, c’est possible, mais les produits locaux lors de cette saison deviennent rapidement redondants : carottes, choux, pommes de terre, navets… des légumes de terre, quoi!

 choux de bruxelles

Quand tu achètes un produit, que privilégies-tu entre: végane, bio, local et zéro déchet?

En ce moment, mon ordre de priorité est celui-ci : végane, zéro déchet, local, bio.

 

Quels sont les risques de carences nutritionnelles en étant végane?

Si je me fie à mon expérience, il ne faut pas simplement retirer un aliment sans le substituer par un autre. Si on enlève, par exemple, la viande comme source principale de protéines, il FAUT combler ce trou par autre chose. Ça peut être des lentilles, du tofu, du tempeh, du seitan… Les possibilités sont vastes et de plus en plus faciles à trouver. Si on planifie ses repas en pensant aux nutriments (ce qui est BEAUCOUP moins compliqué que ça en a l’air, promis!), les risques de carences sont faibles, à mon avis.

 

Un exemple de repas équilibré végane?

Une salade de quinoa avec des lentilles, du kale ou des épinards, des morceaux de pommes et une vinaigrette à base de tahini. C’est simple et rapide à faire, en plus!

 

Une lecture pour débuter?

Je suggère fortement « Je mange avec ma tête » de Élise Desaulniers, qui est très active dans le mouvement végane québécois. J’ai d’ailleurs écrit un article au sujet du livre sur mon blogue : https://leblogdejule.wordpress.com/2015/11/30/je-mange-avec-ma-tete/

Vous pouvez retrouver le blog de Jule ici, que je remercie pour son éclairage!

Et n’oublie pas le jeu concours qui se termine bientôt!!

 

2 commentaires sur « Jule, végane, répond à mes questions »

  1. C’est super d’avoir ce témoignage 🙂 c’est vrai qu’il y a toute une alimentation parallèle qu’on ne connait pas du tout et tellement de noms que je ne connais pas non plus lol. Mais ça donne envie d’en savoir plus 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s