Un écolo doit-il être vegan?

Ma démarche écologique me pousse à me poser cette question: dois-je arrêter de manger des produits d’origine animale? Je tiens à partager avec toi mes réflexions sur le sujet.

Pourquoi être vegan c’est écolo?

Nous sommes de plus en plus nombreux sur terre et nous consommons énormément de viande et de produits laitiers. Pour répondre à la demande, l’élevage s’est intensifié et par conséquent, les animaux en captivité sont de plus en plus nombreux et ils polluent. Comme chacun le sait, les animaux produisent du méthane quand ils ont des gaz, mais c’est loin d’être le seul problème.

capture-decran-2017-01-09-a-20-36-37

L’élevage animal requiert d’énormes quantités d’eau, car il faut hydrater les bêtes pendant des mois, mais qu’il faut également arroser les cultures qui les nourrissent. Pour fabriquer un steak haché, c’est l’équivalent de 60 douches qui sont utilisés.

Les excréments des animaux sont absorbés par les sols et perturbent l’écosystème. Et bien oui, avec les antibiotiques et les OGM administrés aux animaux, la bouse de vache est mauvaise pour la planète!

Pour répondre aux besoins en nourriture animale, et planter d’avantage, les forêts sont décimées. L’élevage est responsable de 91% de la destruction de la forêt amazonienne. Ce sont pourtant les arbres qui sont capables de transformé le CO2 que l’on produit en O2.

Et puis, il y a les prédateurs qui sont tués pour protégés les troupeaux. Il y a les baleines, requins et dauphins qui meurent dans les filets de pêches. Toute une biodiversité qui tend à disparaitre.

Je t’invite à voir le film documentaire COWSPIRACY pour avoir plus d’info, si tu es prêt à ouvrir les yeux.

Il y a aussi une vidéo youtube de Nicolas Meyrieux qui résume bien la problématique:

Devenir vegan, est-ce la solution?

C’est ici que j’ouvre ma réflexion. Je suis maintenant consciente des dégâts que causent l’élevage intensif. Mais alors, il suffit d’arrêter la viande, les produits laitiers et les oeufs?

Jusqu’ici, j’ai toujours défendu ma position d’omnivore. Je me suis dit que j’avais meilleur temps de manger un steak de vache élevé prêt de chez moi que de manger du soja importé de l’autre bout du monde. Mais mon raisonnement était faux. Car la vache élevée prêt de chez moi mange probablement le fameux soja importé, non bio, non local, en grande quantité.

Et si je me renseignais d’avantage sur les élevages locaux, peut être ont ils des méthodes très différentes, qui méritent d’être soutenues.

Je vais te montrer un exemple concret: ma maman élève quatre poules qui nous donnent des bons oeufs. Elles sont nourries principalement de restes alimentaires de la famille. Elles vont picorer les lombrics du compost, et mange un peu de maïs. Elles pondent 1 oeuf par jour chacune. Elles sont libres de vagabonder et ont l’air heureuse. Je n’ai pas du tout envie d’arrêter de manger ces oeufs là…poule

Par où commencer?

Je lis beaucoup de témoignages de personnes devenues vegan du jour au lendemain. Ce ne sera pas mon cas. J’ai me sens concernée par la situation, mais j’ai besoin d’apporter une réflexion à tout ceci. Comment pourrais-je décider de changer radicalement mes habitudes alimentaires d’un coup, sans avoir plus d’informations?

vacheCeci est le début de ma réflexion sur la consommation des produits animaux, la suite bientôt…

(source: http://www.cowspiracy.com/facts)

16 commentaires sur « Un écolo doit-il être vegan? »

  1. Je me pose exactement les mêmes questions. J’aime prendre de la viande ou des oeufs aux petits producteurs mais il est vrai que toute la production animale ainsi que la pêche me font me questionner sur mon régime alimentaire. J’ai beau essayer de prendre également des légumes de saison qui ne viennent de pas très loin, je ne sais plus vraiment comment m’alimenter. J’ai hâte de lire la suite de tes réflexions, peut-être qu’elles aiguilleront les miennes

  2. Bonsoir, C’est curieux parce que je me posais la question inverse à propos des personnes vegan dont certains ne sont pas écolo :o)
    Parce que pour moi ce n’est pas l’alimentation qui me pose un souci mais c’est la question de l’habillement : je ne trouve pas écolo du tout la façon de s’habiller de certains vegan. J’ai encore lu un article aujourd’hui ou il était conseillé la marque HetM (par exemple) qui pour moi n’est pas écolo du tout en produisant ses vêtements à l’autre bout du monde dans des conditions déplorables pour les salariés du textile :o)
    Et en plus mettre des vêtements synthétiques tissés à base de pétrole je ne trouve pas ça écolo non plus. Je ne dis pas qu’il faut mettre des vêtements en peau d’animaux, ni de chaussures en cuir…. bien sur mais le choix est peu vaste entre le pétrole et les peaux (que je n’utilise plus du tout bien sur) Il reste de beaux textiles écolos mais encore chers comme le chanvre, l’ananas …
    Pour en revenir à ton article très pertinent : bonne nouvelle du coté de l’alimentation il y a du quinoa cultivé en France maintenant, un aliment très riche en protéines ce qui me permet d’éviter le soja même Français, sauf pour le lait végétal :o)
    il y a un très bon livre « antispéciste » d’Aymeric Caron que je peux conseiller pour ne plus hésiter à devenir végétar(l)ien :o) Et vegan bien sur !
    Bonne continuation sur ce chemin.

    1. Merci pour ton commentaire.
      A mon avis, certains deviennent vegan pour lutter contre la maltraitance animale. Je ne pense pas que l’écologie soit la seule motivation possible. Il y a aussi un effet de mode, car oui, être vegan ou veggie c’est à la mode! Des blogueuses de mode vestimentaire, s’intéressant peut être à la mode alimentaire! Il y a de multiples motivations. Et même si tout n’est pas logique, ni parfait, ça représente une action pour la planète. Je ne me permettrais pas de juger en tant qu’écolo omnivore. Tu m’as appris quelque chose, je pensais que le quinoa était plutôt considéré comme un féculent, source de sucres lents. Et je te remercie pour tes conseils de lectures, merci!

      1. C’est un plaisir de partager :o) Je ne me permet pas non plus de juger c’est tellement complexe les tenants et les aboutissants qu’on se fait des nœuds au cerveau avec ces sujets là :o) Au plaisir !

  3. Coucou 😉 c’est chouette d’aborder ce sujet dans un article et je pense qu’en se tournant vers une démarche plus écolo on sera de plus en plus amené à se poser cette question. Je me la pose aussi et c’est en pleine réflexion. Je suis loin d’être une grande consommatrice de viande mais comme toi, je ne suis pas prête à changer radicalement mes habitues. L’important est d’y être sensible et d’y réfléchir 🙂 hâte de lire ta suite ^^

  4. Je me suis posée ces mêmes questions il y a quelques années. J’ai arrêté la viande et les produits laitiers mais j’avais l’impression de tourner en rond en cuisine. Pas facile de faire les mêmes recettes en changer lait, beurre, viande. Ce n’était pas très bon… J’avais repris la viande quelques mois plus tard. En fait, je crois que je culpabilisais de continuer à être omnivore mais le truc c’est que je ne mange pratiquement pas de viande, le fromage seulement par envie et le lait, je n’aime pas ça. De temps en temps, j’aime mangé un bon steak ou du saumon fumé. J’adore les coquilles Saint Jacques (je dois en manger une fois par an, du pêcheur au consommateur sans passer par le poissonnier ou la grande distri). J’ai arrêté de me prendre la tête et vouloir à tout pris me mettre dans une case pré-définie, végan, omnivore, végétarienne, écolo, pas écolo, bio, pas bio… Je consomme différemment, je fais attention à ce que je prend, où je le prend. Je cuisine pratiquement tout (sauf en période de révisions ou d’examens), Je mange très peu de viande (je n’aime pas vraiment sauf 2-3 choses) mais quand j’en mange, c’est toujours avec plaisir et chez le boucher maintenant (mais je vais mieux regarder la prochaine fois d’où vient la viande, tu as raison, le local ne veut pas spécialement mieux). Je n’ai jamais culpabilisé de manger des oeufs, ils viennent aussi de chez mes parents et ne sont pas malheureuses du tout, de l’espace, à manger 2-3 fois par jour (pain, maïs, blé plus tout ce qu’il y a sur le terrain). J’achète de plus en plus en vrac, je fais la plupart de mes produits ménagers, beauté et maquillage. Je ne fais du shopping que si j’ai vraiment besoin de quelque chose et surtout, je regarde avant si je pourrais le faire plutôt que de l’acheter. Je me fais en ce moment un agenda 🙂 Et si je dois vraiment acheter quelque chose, j’ai maintenant plus envie de privilégier les petits créateurs. Voilà où j’en suis et je me sens beaucoup plus sereine ! (désolé pour toutes ces lignes, c’est un sujet qui m’inspire !)

    1. Merci de partager avec moi ton expérience. Tout ces échanges m’inspirent beaucoup! Je pense que, comme tu dis, il ne faut pas vouloir rentrer dans une case, mais garder une grande ouverture d’esprit et être bienveillant avec soi même. J’avance tout doucement dans mon raisonnement grâce aux commentaires de chacun, c’est très riche. Merci

  5. C’est un sujet effectivement qui mérite un questionnement profond. Je m’intéresse au mode de vie VG mais clairement aujourd’hui ce n’est pas pour moi. Mais réduire sa consommation de viande et autres produits d’origine animal oui c’est nécessaire, ne pas utiliser de produits testés sur les animaux oui c’est important mais aussi et surtout les produits issus de la pétrochimie, additifs cancérigènes etc
    Après je me te donner mon point de vue d’agricultrice. Je produit de fromage de chèvre bio, nous respectons la saisonnalité, nous produisons la totalité des aliments de nos chèvres sans aucun arrosage (faut dire en Normandie…), nous n’avons quasiment jamais recours aux antibiotiques, nous utilisons l’homéopathie, et des produits naturels pour les soigner enfin surtout pour éviter qu’elles soient malades. Alors oui nos chevreaux mâles qui naissent chez nous sont pour la plupart destiné à la boucherie. Mais au moins je sais d’où vient ma viande, comment a vécu l’animal et ce qu’il a mangé.
    Par rapport à ton questionnement de ne pas savoir ce que mange les animaux élévés près de chez toi, je peux te conseiller de te tourner vers Nature & Progrès, en temps que consommateur tu peux participer et aller visiter les fermes pour l’attribution du label. Ce petit film explique tout très bien https://vimeo.com/190220936

    1. Je ne connaissais pas ce label, je vais me renseigner sur le sujet. Je suis très intéressée par des témoignages comme le tien. Il faut prendre en considération que beaucoup d’agriculteurs comme toi, méritent qu’on soutienne leur démarche, et qu’arrêter tout les produits animaux n’est pas la seule possibilité… En tout cas, j’avance sur la question. Je pense par contre que mon regard depuis la campagne n’est pas le même que celui qui vit en pleine ville… Merci pour ton commentaire.

  6. Je suis tout à fait d’accord avec Eliselafait et Stéphanie.
    Je pense qu’il est très important de réduire sa consommation de viande, et de se renseigner au maximum sur la façon dont elle est produite.
    Pour les œufs, comme tu le dis, si tu les prends chez ta maman, je ne vois pas le problème ! Ce sont de bons œufs, et vos poules ont l’air d’être bien traitées. De mon côté, j’habite en ville, je n’ai donc pas de poulailler. Mais j’achète des œufs fermiers, ou parfois au supermarchés des œufs bio de poules élevées en plein air.
    Je pense que tout est une question de quantité et de qualité.
    Car si on pense à la culture intensive de fruits et légumes qui détruisent les terres et les forêts, ce n’est pas joli joli non plus. Alors oui, les légumes ne « souffrent » pas, et on peut consommer bio, mais là aussi, il faut être vigilent.
    Bon courage dans la suite de ta réflexion !

  7. Je suis heureux de constater que tu te poses ce type de question ! Pour devenir vegan, il est vrai qu’il est pour ainsi dire essentiel de se préoccuper du bien-être animal en plus de l’écologie. Personnellement, je ne suis pas devenu vegan pour des enjeux écologiques mais uniquement pour le bien-être animal.
    Bonne continuation avec ta réflexion ! 😊

  8. Intéressant cet article, j’ai moi même réduit drastiquement ma consommation de produits animaux pour des raisons d’abord écologiques, puis j’ai fini par adopter les autres raisons (santé: je suis bien plus en forme et je n’ai plus aucun problème de peau, et éthique animale: pas besoin d’expliquer) j’étais une grande fan de viande et de produits laitiers, j’ai d’abord réduit petit à petit, puis j’ai complètement arrêté d’en acheter. Les seuls cas où je consomme viande ou poisson, c’est quand je suis invitée chez quelqu’un qui l’a cuisiné ou bien très rarement en voyage ou je m’autorise un poisson local si je suis en bord de mer. L’envie de viande rouge est très vite passé, l’envie de charcuterie commence à peine à passer, seule reste l’envie de poissons et fruits de mer. Cela prend du temps mais au final l’envie passe, tu verras ☺️ bon courage ça en vaut la peine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s